Connecticut homme n'a pas ebola


L'homme qui a été hospitalisé pour une éventuelle infection à virus Ebola au centre de santé UConn testé négatif pour cela, mais le paludisme a lieu.

Une infirmière qui était retourné au Connecticut en provenance du Libéria et de la fièvre Ebola n'a pas, selon les responsables de la santé. L'homme était retourné aux États-Unis le 30 Avril et avait travaillé au Libéria aider les centres de traitement dans ce pays.

Ses symptômes de fièvre et des douleurs musculaires-étaient compatibles avec ceux du virus Ebola, mais pourraient aussi être dues à de nombreuses autres maladies, a déclaré le Dr Paul Skolnik, chef de la médecine au Centre de santé UConn à Farmington. L'homme avait été admis à l'hôpital John Dempsey, qui fait partie de l'Université de Connecticut Health Center, le 12 mai.



L'homme testé positif pour le paludisme, qui est endémique en Afrique de l'Ouest. Il est traité pour cette maladie.

Cependant, par mesure de précaution, l'hôpital a activé un protocole de virus Ebola. Cela signifiait que le patient a été isolé et tous ceux qui le traité portait un équipement de protection.

Même si l'homme avait été au Libéria avant que ce pays a été déclaré exempt du virus Ebola, il a été considéré comme étant à faible risque d'avoir le virus. Il avait travaillé dans des centres de traitement dans une capacité administrative et n'a pas eu de contact avec les patients Ebola.


Ebola ne peut être contracté en entrant en contact direct avec le sang ou les fluides corporels d'une personne infectée, ou en communiquant avec quelque chose qui a été contaminée par du sang ou des fluides corporels. Un homme qui survit Ebola peut transporter le virus dans son sperme pendant plusieurs mois après qu'il a récupéré, mais le virus est généralement claire d'autres fluides corporels à la récupération.

Le Liberia a été déclaré exempt du virus Ebola, le 9 mai, qui était de 42 jours après le dernier cas a été diagnostiqué. Cas se produisent encore en Guinée et en Sierra Leone. Selon l'Organisation mondiale de la Santé, plus de 11.000 personnes sont mortes du virus Ebola en Afrique de l'Ouest depuis le début a commencé en Décembre 2013.


S'il vous plaît évaluer cet article