C-sections et l'autisme


Augmentation du stress pendant pregnancya et le travail qui nécessite un enfant à naître par une césarienne pourrait augmenter le risque de développer l'autisme.

Une nouvelle étude d'investigation menée par des chercheurs de l'University College de Cork en Irlande suggère maintenant que les bébés qui sont nés d'une opération de type césarienne pourraient être à risque plus élevé de développer l'autisme que les bébés qui sont nés par accouchement vaginal normal.

Selon les Centres américains de contrôle et de prévention des maladies, les statistiques des naissances dans le pays montrent que les bébés sur trois qui sont nés par césarienne ont tendance à développer l'autisme. Les experts estiment que le risque accru de développer l'autisme pourrait être due à un certain nombre de problèmes qui se produisent pendant le travail et immédiatement après l'enfant est né. Cette découverte vient de près après une autre étude a présenté des preuves que cette condition de l'enfance a été influencée par les questions de développement et d'environnement.

Pendant l'étude, différentes circonstances qui pourraient affecter les nourrissons au cours des processus de travail et l'accouchement ont été observées et les chercheurs ont été en mesure d'identifier les conditions spécifiques qui ont été associés à une augmentation significative du risque développer l'autisme.

De tous les facteurs qui ont été considérés, l'accouchement par césarienne a été jugée responsable d'une augmentation de 26% du risque de développer l'autisme. Les chercheurs admettent que d'autres études sont nécessaires pour établir positivement la co-relation entre cet état de développement et cette méthode spécifique de livraison. Date, cependant, croient que les bébés qui sont en situation de stress pendant le travail et ont besoin d'un accouchement par césarienne sont les plus touchés par les facteurs de risque de l'autisme, ce qui pourrait expliquer les taux plus élevé de l'autisme dans ce groupe particulier.

Dre Linda Dodds de l'Université Dalhousie, à Halifax a été l'étude des facteurs de risque de l'autisme et considéré l'analyse au cours de cette étude particulière comme «très bonne». Elle a également ajouté que, "Je pense qu'il est important de noter que parce qu'un facteur est associé à un risque accru, il ne signifie pas nécessairement qu'il provoque l'autisme. Ces facteurs peuvent contribuer à la croissance du fœtus ou le bien-être général du fœtus et sont Par conséquent, les marqueurs possible pour certains sous-jacente, mais encore la cause non identifié ».


S'il vous plaît évaluer cet article