Cancer de camouflage


Les cellules cancéreuses sont tellement omniprésente parce qu'ils sont capables de se soustraire à l'action du système immunitaire.

La thérapie immunitaire est considéré comme l'aspect le plus développé du programme de traitement du cancer en cours, mais, pendant des années, les scientifiques ont tenté de trouver des moyens nouveaux et plus efficaces pour traiter le cancer. Maintenant, une nouvelle étude de recherche a découvert un élément clé qui, les scientifiques espèrent, pourrait être la réponse à cette énigme.



La découverte de la molécule NF-kB a donné chercheurs nouvel aperçu sur comment les cellules cancéreuses sont capables de se soustraire à l'action immunitaire de l'organisme. Selon le chercheur principal Denis Guttridge de l'Université Comprehensive Cancer Center de l'Ohio State, cette information pose un impact significatif sur l'amélioration du traitement du cancer, car il signifie que les médicaments qui sont capables de cibler cette molécule en inhibant son action pourrait aider à maximiser les effets de la thérapie immunitaire.

«Nous savons depuis longtemps que le NF-kB favorise le développement du cancer en renversant l'apoptose, un mécanisme interne de sécurité qui seraient autrement causer des cellules cancéreuses à l'auto-destruction. Cette étude montre que le NF-kB pourrait coordonner un réseau de gènes immuno-suppresseurs dont les produits permettre aux cellules tumorales d'échapper à l'immunité adaptative ", explique le professeur Guttridge. Ceci suggère que le blocage de la molécule NF-kB pourrait faire distinctement possible de faire les cellules tumorales plus vulnérables à l'élimination.


Dans les cellules normales, NF-kB aide à réparer l'ADN défectueux afin d'éviter des effets secondaires nocifs. Cependant, ils se comportent différemment dans les cellules cancéreuses. L'étude a montré que les macrophages, les cellules qui sont libérés par le système immunitaire, migrent dans la tumeur à ses premiers stades de développement et libère le facteur de nécrose tumorale pour inciter la mort cellulaire. Apparemment, NF-kB permet aux cellules tumorales de survivre à cette action et les chercheurs croient qu'il est également chargé de réglementer un certain nombre de gènes d'immunosuppression. Prof. Guttridge a conclu en disant: «Dans l'ensemble, nos résultats démontrent que le NF-kB pourrait jouer un rôle essentiel en permettant aux cellules échapper à la surveillance par les deux cellules immunitaires innées et adaptatives."


S'il vous plaît évaluer cet article